EXCLUSIF- BSGR attaque en justice un ancien conseiller pour « conflit d’intérêts » dans le Simandou EXCLUSIF- BSGR attaque en justice un ancien conseiller pour « conflit d’intérêts » dans le Simandou

L’histoire met aux prises d’anciens amis devenus par la force des choses d’intimes ennemis. Au cœur du « scandale », le diplomate britannique Mark Malloch Brown anobli sous le nom de Lord Malloch Brown, ancien vice-secrétaire général des Nations unies et ancien conseiller de la firme de Benny Steimetz et qui d’après BSGR aurait profité de sa position pour fournir des renseignements à Georges Soros et ses amis à Conakry…

L’affaire qui a été révélée ce jeudi par la compagnie isralienne (relayée par l’agence de presse britannique Reuters) aurait pu être passée sous silence si Lord Malloch Brown n’était pas l’ancien président de FTI consulting LLP (pour l’Europe le Moyen Orient et l’Afrique), la société qui… fournissait des conseils stratégiques à Steinmetz et compagnie avant que Malloch ne décide de retourner sa veste, accuse BSGR.

En effet, dès Mai 2009, Malloch avait été nommé conseiller par BSGR.

« Lord Malloch-Brown a agi illégalement, a agi contre les intérêts de BSGR et, il a eu de nombreux intérêts opposés, en particulier en ce qui concerne sa relation avec M. George Soros et son ONG, dont certaines étaient (et sont) engagées dans une campagne de dénigrement contre BSGR », affirme la compagnie.

Selon BSGR, Malloch qui a eu accès à de nombreux documents appartenant à la compagnie savait qu’il était soumis à la loi britannique sur la protection des données votée en 1998.
Ainsi, fulmine la compagnie de Steinmetz, « les activités de Lord Malloch Brown sont particulièrement choquantes ». D’autant plus, ajoute le plaignant (qui s’est adressé directement à la Haute Cour du Royaume Uni), que l’accusé a été auparavant ministre britannique et ancien vice-secrétaire général de l’ONU.

« Ces actions étaient illégales. Ils ont nui gravement à notre position avec le gouvernement guinéen, conseillé par Georges Soros et ses ONG et qui a tenté de rompre notre contrat en Guinée et donc nos intérêts », a déclaré l’avocat conseil de BSGR, Dag Cramer.
Malloch et Soros n’ont pas pour le moment réagi ni publié de communiqué pour se défendre des accusations de BSGR.

Depuis 2006, BSGR se livre à des activités de recherches en Guinée où la compagnie a obtenu des permis pour le fer, la bauxite et l’uranium.

En décembre 2008, BSGR a obtenu une concession minière à Zogota, une réserve de fer jouxtant le mont Simandou où elle contrôle également la moitié de la concession minière (blocs 1 et 2).

L’autre moitié (blocs 3 et 4) est sous le contrôle de Rio Tinto, le géant anglo-australien qui a décidé de geler ses investissements (environ 600 millions de dollars USD) en attendant sûrement une éclaircie dans la crise économique mondiale qui plombe le secteur des matières premières.

De toute évidence, Rio Tinto (en joint venture avec Chinalco qui a payé 1,5 milliards de dollars USD) qui avait promis au gouvernement guinéen de produire la première tonne de fer du Simandou en 2015, ne pourra pas respecter ses engagements.

Outre cette difficulté, Rio Tinto pointe du doigt le fait que la Guinée ne s’est toujours pas acquittée des 51% (environ 7,65 milliards de dollars USD) du montant nécessaire à la construction des infrastructures du Simandou (chemin de fer « Transguinéen » sur 670 km, port en eaux profondes à Matakan).

Le coût de l’ensemble des ouvrages d’évacuation du minerai pour l’exploitation du Simandou est estimé à 15 milliards de dollars USD selon l’estimation la plus basse.

BSGR – qui se disait prête à livrer la première tonne de fer dès 2012 - affirme avoir investi environ 600 millions de dollars USD pour développer les projets Zogota et Simandou avant que ses activités ne soient brutalement interrompues par l’arrivée au pouvoir du président Alpha Condé.

Dans le cadre de son projet, la compagnie israélienne a signé une joint venture avec le géant minier brésilien Vale, sous le label VBG (51% des droits de BSGR dans le Simandou contre 2,5 milliards de dollars USD dont 500 millions payés cash). Le duo a promis d’investir 10 milliards de dollars USD pour développer Zogota et le Simandou.

Ces derniers mois, un document confidentiel du Comité technique de revue des titres et conventions miniers (CTRTCM) dirigé par Nava Touré a mis en lumière des allégations de corruption visant des promoteurs de BSGR en Guinée et d’anciens dignitaires du régime du défunt président Lansana Conté.

En coulisses, la compagnie a été accusée d’avoir voulu déstabiliser le régime d’Alpha Condé, ce qui a valu à son directeur général en Guinée, Asher Avidan, un retrait de carte de séjour.

Benny Steinmetz, propriétaire de BSGR, un franco-israélien résidant en Suisse, est l’héritier d’une riche famille israélienne qui se livrait au commerce de diamants dans des pays comme l’Afrique du Sud, le Botswana et la Namibie, mais également dans une ville comme New York.

Steimetz, considéré comme proches de plusieurs hauts responsables guinéens sous Conté et sous la junte militaire, a effectué plusieurs séjours en Guinée notamment en jet privé. Lui et certains intermédiaires sont accusés par le CTRTCM d’avoir versé des pots de vins et des cadeaux à des responsables guinéens.

Cette affaire de plainte tombe au moment où des tentatives de rapprochements sont amorcées entre BSGR et la Guinée.

Selon des informations obtenues par Mediaguinee, une réunion secrète qui a connu la présence de Nava Touré, s’est tenue à Londres courant mars pour aplanir le différend entre l’Etat guinéen et BSGR.

BSGR aurait exigé, sans les obtenir pour le moment, des excuses publiques de la part de Conakry pour reprendre ses activités en Guinée tout en cherchant à finaliser les négociations avec les autorités guinéennes.

Anciens amis, nouveaux ennemis, entre Malloch et BSGR, le refrain de la chanson n’est pas nouveau : il annonce de nouveaux bouleversements dans un dossier qui n’a sûrement pas fini de faire parler de lui.


MEDIAGUINEE

12-04-13 05:18:04

La Rédaction


Warning: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected the timezone 'UTC' for now, but please set date.timezone to select your timezone. in /hermes/bosnaweb16a/b1061/nf.mediadafrique/public_html/africamedia1.com/detail/comentaire.php on line 3

++

Présidentielle 2015 : Mamadou BAH Baadikko de l’UFD pourrait rejoindre la mouvance présidentielle dans les prochaines heures

Conakry, 16 septembre (Media d’Afrique) - Le Président de l’Union des Forces Démocratiques (UFD), Mamadou BAH Baadikko pourrait rejoindre la mo... Detail

16-09-15 01:28:09 | 0 Commentaire | 0 Vues

Kankalabé(Dalaba) : Une ambulance médicale à trois roues pour réduire le taux de mortalité maternelle et néonatale

Labé, 1er Septembre (Media d’Afrique) - Le Centre de Santé de Kankalabé, dans la préfecture de Dalaba, en Moyenne Guinée, utilise une moto à ... Detail

03-09-15 15:34:09 | 0 Commentaire | 0 Vues

Kankalabé(Dalaba) : Une association de ressortissants offre 20 lits et leurs matelas aux structures de santé de la collectivité

Le Centre de Santé de Kankalabé et les autres postes de santé de la collectivité ont récemment bénéficié de 20 lits d’hospitalisation offert... Detail

30-08-15 00:47:08 | 0 Commentaire | 0 Vues

Déclaration No 27 DU BLOC LIBERAL

Le Bloc Libéral condamne fermement les manœuvres du régime d’Alpha Condé qui visent à empêcher Mon... Detail

28-08-15 17:42:08 | 0 Commentaire | 0 Vues

DECLARATION DE L’UFD SUR LES CONCLUSIONS DU DIALOGUE INTER-GUINEEN

UNION DES FORCES DEMOCRATIQUES (UFD) Agrément Arrêté N°1549 MI/CAD du 3/4/1992 Siège Hamdallaye II BP 3050 Conakry ufdconakry@yahoo.fr ... Detail

15-07-15 17:22:07 | 0 Commentaire | 0 Vues

DADIS CAMARA: Oui. La Guinée est synonyme de justice. Comment pourrais-je avoir l’estime du peuple si je ne rentre pas dans mon pays ?

L'ex-chef de la junte guinéenne, Moussa Dadis Camara, a été inculpé le 9 juillet pour complicité d'assassinats, séquestration et viols... Detail

10-07-15 16:14:07 | 0 Commentaire | 0 Vues